Cherbourg, des retrouvailles mitigées

Rencontres Sorties Vie intérieure / Pensées

Pour certains, je suis un ange ; pour d’autres un salaud. Et pour d’autres encore les deux à la fois ! Quand une personne espère votre venue, que vous annoncez que les retrouvailles seront brèves, et que cela remet intégralement en question la relation, cela peut prendre des tournures des plus désagréables pour les deux protagonistes.

Ainsi, ce qui a été une belle amitié depuis un an et demi s’est retrouvé anéanti en l’espace de quelques minutes. Je me suis rendu compte qu’avec cette personne, malgré nos sentiments réciproques bien qu’inégaux, de nombreux aspects de ma personne étaient vécus comme des coups de poignard (je l’espère non intentionnels). Quand ni les mots, ni le regard, ni même la présence ne passent pas, il est plus sage que chacun poursuive son chemin.

Les gérants et serveuses du Drifter, ainsi que les anciens collègues, furent ravis de me revoir. Ce fut, comme à l’accoutumée, trop court. J’ai pu découvrir des nouveaux jeux de société :

  • Kang-a-roo : jeu où l’on doit piquer les kangourous de ses voisins avec des cartes de couleur
  • Comment j’ai adopté un dragon : un jeu de dés avec des cartes à thème pour improviser des histoires courtes

Et quelques-autres sur un plan spirituel plus avancé, sur un catalogue :

  • Chakra
  • When I dream
  • Il était une forêt

Le lendemain, sur le retour, petite halte au Festival des Jeux de Saint-Lô, où l’on a pu également tester un prototype intitulé Azurium : un jeu mêlant enchères, programmation de robots-mineurs et stratégie pour récolter un maximum de gemmes (et pas de J’aime, comme sur Facebook, bien que le bleu azur le suggère fortement). Et d’autres stands, comme un club d’échecs avec des plateaux pour 3 et 4 joueurs, des jeux vikings, des jeux géants en bois…