Aller sur Mars [Confinement, jour 14]

Coronavirus 2020 Quotidien

Ça y est, on vient de boucler 2 semaines de confinement. Prêt pour survivre 7 mois dans une capsule en partance pour Mars, yes !

7 mois ?

Eh oui, pour lier les 56 millions de kms qui nous séparent de notre jumelle écarlate, et encore quand les deux planètes sont sur les points les plus proches des deux ellipses, cette distance pouvant monter à 225 millions de kms quand les planètes sont de part et d’autre du Soleil ! Donc, envoyer une sonde sur Mars ne se fait pas n’importe quand.

Ensuite, on a la contrainte vitesse/freinage à tenir compte, ce dernier requérant une immense quantité d’énergie. On pourrait effectuer une accélération constante et gagner quelques mois, mais 3 possibilités s’offrent à nous après :

  1. arriver à freiner à temps, sachant que la force nécessaire est égale à la masse fois l’accélération inverse due au freinage
  2. manquer le coche et arriver trop loin
  3. laisser la planète nous freiner, mais vue la faible atmosphère, le résultat sera catastrophique

Donc, le meilleur rapport donne actuellement, avec les technologies actuelles : 7 mois. Ça fait une moyenne de 11 000 km/h. A savoir que l’accélération, une fois sorti de la gravité terrestre, est de l’ordre du poids d’une feuille de papier…

Peut-on réduire ce temps ?

Oui, de différentes manières, toutes étant purement théoriques :

  1. comme évoqué, se servir de l’atmosphère pour freiner, en faisant quelques rotations autour de la planète. Le hic : pour que la gravitation soit suffisamment forte, l’appareil devra frôler le sol, et les frottements seront tellement intenses avec l’atmosphère que l’appareil sera déglingué en quelques secondes !
  2. la téléportation, sachant que si on  gravait sur DVD les informations relatives à la structure atomique d’un individu, on pourrait recouvrir la surface de la Terre… Et personnellement, me faire découper atome par atome sans garantie que je serai dans le même ordre à l’arrivée me freine un peu (et ça doit faire mal…)!
  3. le trou de ver, le top du must en matière de voyage longue distance. Pour expliquer brièvement, la Théorie de la Relativité énonce le fait que deux points de l’espaces A et B non superposés sont séparée par une distance non nulle, et donc un temps pour aller de A à B non nul. Il existe dans cette même théorie une exception, où la distance entre ces deux points A et B non superposés est nulle, et où le temps entre les deux n’existe pas : c’est le fameux trou de ver.

La théorie des trous de ver, qui sont également une explication des trous noirs mais dans lesquels la matière et la lumière ne circulerait que dans un seul sens, permet donc l’abolition des distances, quelle que soit l’entrée et la sortie, même séparés de millions d’années-lumière.

Filmographie martienne et longs voyages