La Nature en ville [Confinement, jour 26]

Coronavirus 2020 Paysages Quotidien

Quand la Nature reprend ces droits, cela peut donner de beaux résultats. Ce matin, en allant déroger au confinement pour me sustenter et faire ma lessive, j’ai croisé ce magnifique pied d’iris rue Descente de Ville. Cela a même inspiré mon oncle sur WhatsApp :

Pour les iris, ceux là sont magnifiques, avec leurs moucheté à l’intérieur des bases des pétales!!!! Tu peux t’en mettre plein les yeux, des iris !!!!
Et, en ce printemps où tout cherche  Lumière,  Isis et Nephtys  encouragent leur frère à rennaître en lui soufflant: « – Ose, Iris, ose, enfin sortir du Nil dont nul ne nie les vertus…Ton vert dure autant que dureRA , celui par qui toute Culture luit et croît…😉
Cher Aurélien tu fis ce matin, de ton logis, le départ d’un empire…Conquérant de la rue, vêtu d’une toge immaculée, de retour de campagnes illustres, tu lavas , là  , tel un Tigre, les tâches d’un oeuf au plat raté(…)…Et les sangs d’Alleth, dont les Thraces restaient une menace tenace ! Ô, rai, lien subtile, raie de lumière intense dont l’Iris brille aux parchemins et par vaux …dès qu’il sort, Celui pour qui lire hisse au sommets de la connaissance…Veuille veiller, Grand Découvreur, à nous ouvrir au monde fleuri que Mère Ogis nous offre dans la libération de nos êtres … Merci et encore!!!!
Tu vois, Auré, mes mots, décalés, sans nul doute de ce que vit ta coloc, et de fait, toi aussi, ne sont là que pour reprendre ce sens du lien évoqué plus avant. Auré…ajoute un « lien  » . Celui que tu sais créer . Oui, ce matin, ces iris rencontrés que tu partages avec émerveillement , tu leur as offert un peu de ton temps, beaucoup de ta sensibilité, et pour tout dire, cet appel à la conscience : fragilité. Tout semble éphémère…Mais la fragilité aussi est de passage, relevée par la force de vie . Ce qui reste à construire est immense et tu sauras amener ton énergie à cette personne avec  qui tu partages un lieu de vie. Oui, lieu de vie pend toute sa signification, accolé à partage…on va reprendre nos activités… Il fait très beau, et pourtant quelque chose emplit nos coeur d’un peu de buée…de grosses bises .