Confinement, jour 35

Coronavirus 2020 Péripéties Quotidien Rencontres

L’aventure suit son cours pour cette amie qui s’est fait mettre à la porte de chez son copain un samedi avec un bail à son nom à lui seul ! La SNCF étant d’une incompétence aussi impressionnante que notre Président ou l’accueil du commissariat, il a fallu attendre ce lundi pour trouver un train au départ de Paris pour rejoindre Châteauroux !

Ainsi, après 2 nuits dans une chambre de luxe où la lumière, la couleur de la lumière, les stores et la télé étaient contrôlées par une tablette, et où la couette était douce et chaude, direction Montparnasse pour faire Paris-Tours en TGV et Tours-Châteauroux en autocar.

TGV Paris-Tours

Ce matin, une bonne marche entre Gare de Lyon et Gare Montparnasse, et là, le drame : l’intégralité de ses e-mails supprimés, dont, bien évidemment, la réservation ! Dans l’urgence, on a pris un autre billet, mais en première classe (pour rester dans le cocooning de cette épopée fantastique). Et j’ai trouvé tardivement une info qui pourrait vous intéresser : le lien https://www.oui.sncf/reference-dossier, par lequel, avec vos nom, prénom et e-mail, vous pouvez récupérer les billets d’un mois donné ! On essaiera de se faire rembourser un des deux billets…

A ce propos : aviez-vous remarqué que l’ancien logo TGV à l’envers, formait un escargot ? C’est une matérialisation volontaire de l’oxymore dans le slogan « prenez le temps d’aller vite ». Y en a qui sont balèzes, en communication visuelle !!!

Bon OK, les puristes diront que le TGV s’appelle aujourd’hui Inoui, qui retourné forme toujours le mot Inoui. C’est inouï !!!

Arrivée à St-Pierre-des-Corps (même si St Pierre a plutôt l’habitude d’accueillir des âmes, enfin bon), la gare TGV de Tours, qui est à 2 kms à vol d’oiseau de la gare centrale (un terminus). On se rend compte qu’il y a un paquet de gares qui sont des terminus, ou cul-de-sac : Orléans, Tours, Paris, Marseille, Cherbourg, Lille-Flandres…

Autocar Tours-Châteauroux

Après une loooooongue marche entre les deux gares (St-Pierre et Tours) et une loooooongue attente à la gare routière, qui n’était pas la gare routière comme le mentionnaient Google Maps et Mappy mais la gare des bus de ville, alors que la vraie gare routière est en fait devant la gare ferroviaire, elle se retrouva fort dépourvue quand l’annonce du quai fut venue. Résultat : le car de 14h10 se vit remplacé par celui de 18h05… Encore une loooooooooooooooongue attente !

Après 2h20 de trajet, la libération ! On ne compte plus les kilomètres parcourus entre les gares, la recherche de la gare routière et arriver chez moi (et je suis dans le bon périmètre pour aller à la gare routière), mais on doit avoisiner les 8 ou 9 kms… La douche voire le bain, ainsi qu’un bon plat de canard sauce yakitori et riz, sont des plus mérités !