Faut-il sauver la planète ? [Couvre-feu, jour 15]

Coronavirus 2020 Quotidien Vie intérieure / Pensées

Houla, avec un tel titre, je vais m’attirer les foudres de 80% de la population ! Mais je m’en vais vous expliquer pourquoi la question mérite malgré tout d’être posée, au risque de rendre les chauves encore plus chauves à force de s’arracher les cheveux.

Une erreur de postulat

Malgré le pouvoir d’altération de l’environnement que l’humanité est capable de faire, et a d’ailleurs déjà fait, la Terre s’en soulèvera sans trop de heurts. Ce que l’on souhaite sauver, au final, ce n’est pas tant la planète, qui a déjà essuyé 4 extinctions massives et des milliers de météorites, mais les conditions qui nous permettent de vivre tel que nous avons été conçus, à savoir par un mode d’échange gazeux entre de l’oxygène et du CO2, et une alimentation à base d’eau, de plantes et d’animaux.

Tout aussi incongru, la préservation des espèces animales et végétales dans un environnement en pleine mutation les rendra de plus en plus inadaptées audit environnement. Aujourd’hui, et malgré les millions d’espèces vivantes ce jour, la majorité d’entre elles n’existait pas il y a 2 millions d’années, et n’existeront plus dans 2 millions d’années. Conserver un organisme vivant tel quel va à l’encontre du principe même de la Vie, qui est de s’adapter au fil des générations à un environnement tout aussi vivant.

Chacun à sa place

On est confrontés à l’éternel débat entre la Nature et la Culture, cette dernière nous donnant un rapport au temps et aux priorités inadéquat au vu de la problématique. L’Humanité n’a toujours pas accepté :

  • ni sa place dans la chaîne alimentaire, à savoir au niveau de l’anchois et non au-dessus des requins
  • ni sa mortalité, et la crainte d’être oublié ou de ne rien transmettre

Ainsi, à défaut de tenter de conserver l’édifice qui s’effondre avec de l’adhésif, autant laisser s’écrouler complètement ce qui doit s’écrouler, en incluant les fondements de notre société économique, consolider ce qui tient debout depuis des siècles et enseigner ce qui fait de nous des êtres spirituels et non des forçats à la solde de psychotiques.

La Terre a connu le mécanisme du Vivant il y a environ 3.1 milliards d’années, ce qui veut dire qu’elle a également connu un milieu dénué de vie pendant plus d’un milliard et demi d’années. D’ici 5 milliards d’années, cette même Terre sera totalement réduite en poussière quand le Soleil aura épuisé ses réserves d’hydrogènes et sera devenu une géante rouge aussi grande que l’orbite de Mars. Rien n’est éternel ni permanent. Il suffit juste de l’accepter et de l’intégrer dans nos modes de vie pour mieux en apprécier le présent.