La fierté [Couvre-feu, jour 38]

Coronavirus 2020 Quotidien Vie intérieure / Pensées

Ah, quel noble sentiment qui suit celui de la réussite… Mais qu’est-ce que cette fierté qui ne semble pourtant pas au cœur des préoccupations existentielles ?

Définition

Comme toujours, une définition, et même deux :

  1. Attitude arrogante.
  2. Sentiment élevé de la dignité, de l’honneur.

Et c’est là que le bât blesse : la première définition est synonyme de dédain, alors que la seconde est synonyme d’orgueil… Bref, rien de bien valorisant et d’élogieux, et l’on comprend mieux pourquoi parler de fierté est à peu près identique que de parler de sa dernière conquête !

Un besoin vital dans le développement de soi

Pourtant, hormis le fait que la montagne soit belle, la fierté est un sentiment important dans la construction de l’image et de la confiance en soi, qui est généralement promulguée par les parents, les professeurs, ou toute personne dont on attend une forme de reconnaissance. La fierté que ceux-ci montrent à leur progéniture confère à celle-ci le sentiment de se sentir respecté dans l’être devenu, en vue d’un être en devenir encore meilleur.

Mais il faut faire attention à deux choses :

  1. en tant que parent, la fierté ne doit pas être conditionnée à des faits ; cela revient à ne reconnaître son enfant que dans certaines circonstances et pas dans d’autres
  2. en tant qu’individu, la fierté que l’on se porte est en lien avec l’image que l’on a de soi, et beaucoup d’actes sont accomplis, ou non, au nom de cette fierté.

Ainsi, une bonne fierté bien placée revient à être fier de son enfant en toutes circonstances, à chaque pas de la Vie, à chaque action qui l’amène à grandir, à chaque étape du besoin de reconnaissance.