Journée Mondiale contre le Cancer [Couvre-feu, jour 53]

Coronavirus 2020 Quotidien Vie intérieure / Pensées

Voici bien une journée qui multiplie à elle seule les paradoxes. Cela donne de la ressource à écrire un article !

Paradoxe 1 : le nom

Cancer vient du latin qui signifie crabe. Quel rapport, me demanderiez-vous ? Aucun, hormis les premières observations autour du IV° siècle avant notre ère. Entre 460 et 370 avant JC, Hippocrate est le premier à comparer le cancer à un crabe (karkinos en grec) parce que la lésion tumorale a « des veines étendues de tous côtés, de même que le crabe a des pieds ». Il dresse donc un parallèle avec la forme arrondie de la tumeur entourée de rayons semblables aux pâtes d’un crustacé.

Deux siècles plus tard, Galien, considéré comme un des pères de la pharmacie, reprendra, lui aussi, la comparaison d’Hippocrate : « Maintes fois, nous avons vu aux mamelles une tumeur exactement semblable à un crabe. En effet, de même que chez cet animal il existe des pattes des deux côtés du corps, de même, dans cette affection, les veines étendues sur cette tumeur contre nature présentent une forme semblable à celle d’un crabe.

Le tout, bien évidemment, les pinces en moins !

Source

Paradoxe 2 : la date

En effet, la Journée Mondiale contre le Cancer tombe un 4 Février, jour sous le signe du Verseau et non du Cancer. La logique substantive aurait voulu qu’elle soit entre le 21 Juin et le 22 Juillet, mais non. Nous passerons outre le fait qu’elle est la veille de la Journée Mondiale du Nutella, qui ne tombe même pas pendant la Chandeleur, mais bon, il faut se remettre d’un jour aussi déprimant… Bigre, mais à quoi pensent les têtes pensantes ?

Certaines dates sont, elles, en phase avec leur thématique :

  • La Journée Mondiale de Pi tombe le 14 Mars, qui s’écrit en anglais 3.14
  • La Journée Mondiale de Star Wars tombe le 4 Mai, qui s’écrit en anglais May the fourth, qui ressemble à la phrase May the force be with you (« Que la force soit avec toi »).
  • Noël tombe le 25 Décembre

Paradoxe 3 : la lutte en elle-même

Lutter contre le cancer revient à remettre en question le mécanisme du vivant, et pour cela il faut déjà comprendre ce qu’est une cellule cancéreuse : il s’agit d’une cellule dont une malformation génétique entraine plusieurs comportements délétères, comme une multiplication infinie (sans télomérase) indépendante des signaux corporels. Ce qu’il faut savoir, c’est que des centaines de ces cellules sont produites et détruites quotidiennement.

Ainsi, le cancer intervient pour deux raisons majeures :

  1. Soit la quantité de cellules anormales est trop importante pour que le corps puisse les supprimer
  2. Soit les défenses immunitaires n’arrivent plus à gérer les cellules anormales

Donc, lutter contre le cancer revient non seulement à aller contre le vivant et à utopiser un organisme qui ne fabrique que des cellules saines, mais aussi à prendre le problème à l’envers, à savoir pourquoi l’on en arrive à cancériser. Ainsi, je ne défends pas une recherche qui privilégie la gestion des symptômes sans gérer les causes.

Enfin, il est possible de se remettre (on parle de rémission) naturellement d’un cancer, en adaptant ses comportements de vie (stress, alimentation, angoisses, refoulements…).