Jeu de rôle Naheulbeuk

Jeux de Rôle / Jeux de Société Rencontres Sorties

Pour ceux qui ne connaissent pas le Donjon de Naheulbeuk (prononcez Na-euh-l’beuque), il s’agit d’une saga audio parodique des histoires d’heroic-fantasy, avec des elfes, des trolls, des fées, des gobelins, des sorciers, des magiciens et autres humains. Cette saga, qui existe depuis près de 20 ans, a connu un tel succès que diverses déclinaisons ont été publiées : bandes dessinées, livres dont on est le héros, chansons, jeu vidéo, jeu de société et jeu de rôle ! Et c’est ce dernier point dont on va parler aujourd’hui.

Un jeu de rôle ?

Un jeu de rôle, comme son nom l’indique, est un jeu dans lequel chacun des protagonistes se voit affublé d’un rôle, dans le but de mener à bien une mission ou quête. La thématique est souvent dans l’heroic-fantasy, car les possibilités sont infinies, mais on peut également trouver de la science-fiction type Space Opera (comme Star Wars). Les jeux de rôles sont donc constitués de règles, souvent indigestes pour le commun des mortels (par exemple, celles de Warhammer 40.000 font plus de 300 pages), et nécessitent donc un MJ, ou Maître du Jeu, qui en connaît les grandes lignes et qui va guider les joueurs en fonction de leurs choix et du dé à 20 faces. On a besoin au minimum de 3 joueurs et d’un MJ pour faire une quête. Son but sera donc d’informer des conséquences des actes de chacun, selon la situation et le numéro tiré. A savoir : dans de nombreuses règles, tirer le 1 au dé est létal… Ici c’est le 20.

Les rôles sont choisis aléatoirement, avec un dé, et en fonction des caractéristiques, on peut sélectionner, selon le tableau défini par les règles, le type de personnage auquel on peut prétendre (ça sonne un peu stéréotypé, mais c’est plus facile et ça donne une certaine cohérence, surtout entre plusieurs jeux de rôle). De cette même manière, on définit notre métier, notre fortune, notre destinée, nos points de vie (PV) et notre potentiel de combat. Quelques accessoires nous sont fournis dès le départ, certains ayant des « pouvoirs » sur l’attaque, la défense ou le soin. On peut quand même choisir librement son nom et son genre. La préparation de la fiche identité est assez longue, mais une fois établie, elle peut servir pour plusieurs quêtes. Pour ma part, je suis une hobbit-ingénieur du nom de Ruth et de classe aisée, qui renifle les trésors et soigne avec de l’eau-de-vie ; un des colocataires est une humaine du nom de Rachel, badass à double hache mais au chômage ; un autre colocataire un demi-elfe ranger du nom de Gus, voleur mais fauché comme les blés, et au charisme proche des pissenlits.

On commence !

Chacun, débutant, dispose de zéro expérience, que l’on note XP. Le MJ décrit l’histoire, explique comment les protagonistes se sont rencontrés et la raison de leur quête, ainsi que le lieu de la mission. Dans notre cas, on est donc :

  • Une hobbit-ingénieure
  • Une humaine au chômage mais barraquée
  • Un demi-elfe  ranger, avec des dons pour le vol et la filature

Qui arrivons tous trois dans une ville fortifiée, dans laquelle une rumeur circule, sans trop de détails, mais qui peut rapporter un max d’argent ! Et comme nous n’avons pas fini la quête, vous aurez notre histoire… une prochaine fois !