La St-Valentin

Châteauroux Sorties Vie intérieure / Pensées

Ah, le Jour des Amoureux… Ce qui, dans une pensée strictement dualiste, implique qu’il y a 364 jours où déclarer son amour à son/sa compagne est purement facultatif (je rigole, quoi que). Pour beaucoup, c’est une fête commerciale, pour d’autres, une occasion de remettre un peu de pep’s dans le couple, et pour les célibataires une occasion de pleurer sur leur sort… On va avoir de quoi faire un bel article avec tout ça !

Un peu d’histoire

Il y a de nombreuses histoires sur l’origine de la fête, entre les Lupercales romaines, le retour des oiseaux pour s’accoupler ou l’exécution de Valentin de Terni au III° siècle pour avoir célébré des unions illégales pendant les Lupercales justement (et cela montre que le Martyr de la St-Valentin est antérieur à la fête de Noël, décidée en 325).

Le couple

Le couple faisait partie intégrante des piliers de la réussite sociale, avec le travail, les enfants, la voiture et la maison… Ne dit-on pas « Tu trouveras quelqu’un qui fera ton bonheur » ou, après une rupture, « une de perdue, dix de retrouvées » ? Comme si c’était la norme, et le célibat une situation anormale, à la limite du paria.

Alors qu’il y a des millions de célibataires en France, toutes raisons confondues (incluant divorcés et veufs), c’est malheureusement une situation peu reconnue et encore moins acceptée. Paradoxalement, les aides types RSA sont coupées pour les couples, et de nombreux ménages vivent dans la clandestinité pour subvenir à leurs besoins…

Dans l’histoire de l’humanité, la notion de couple (ou famille nucléaire, mais qui n’a rien à voir avec la radioactivité, sauf quand ça dégénère) est récente, moins de 10 000 ans, et a été instaurée pour garantir a minima qu’une femme portait bien l’enfant d’un homme donné, pour des questions de « patrimoine » (en fait, c’est juste une crise existentielle masculine qui est à l’origine de ce m…dier). Dans les sociétés matriarcales, les hommes vivent entre eux, les femmes également, ils se retrouvent selon leur bon vouloir et tout le monde élève tout le monde.

La fête à proprement parler

De nos jours, tout est prétexte pour lancer des ventes. Sur une année, entre l’épiphanie, la chandeleur, la St-Valentin, Pâques, la fête des mères, des pères, des grands-mères, le 14 Juillet, la rentrée scolaire, la Toussaint, Halloween et Noël, on est sollicités d’un mois sur l’autre pour acheter en vue de se plier aux règles du consumérisme et de répondre aux conventions sociales et sociétales où notre pouvoir d’achat détermine notre capacité à se positionner dans la société.

Un point de vue intéressant, on peut faire un parallèle avec les 5 langages de l’Amour de Gary Chapman, ou l’aspect consommation va exploiter directement le langage Cadeaux. Sans tenir compte que de nombreuses personnes ne savent pas s’exprimer en faisant des cadeaux, et quasiment autant ne se sentant pas forcément aimés en en recevant. Bien que certaines activités comme le restaurant ou la promenade en bateau-mouche (qui s’appelle ainsi car ils étaient construits dans le quartier de la Mouche, à Lyon) seraient davantage perçus comme des Moments de qualité, ils restent néanmoins payants, et donc assimilables également à des Cadeaux.

Parmi les clichés des cadeaux, pour les femmes :

  • lingerie (aucun message caché)
  • bijoux
  • parfum (pour sentir bon)
  • électroménager (à éviter sérieusement)

Pour les hommes :

  • montre
  • produit high-tech
  • chemise / cravate
  • déo (pour ne pas sentir mauvais, c’est très nuancé)

Les listes ne sont bien sûr, pas exhaustives…

Et les câlins dans tout ça ?

Toutes les études le montrent : 4 câlins par jour de plus de 20 secondes réduisent considérablement le stress et renforcent l’estime de soi. Cela devrait être un projet de loi voté à l’unanimité à l’Assemblée Nationale et au Sénat !!! J’ai adoré quand j’avais participé à des Free Hugs, il n’y en a malheureusement pas assez… A instaurer à l’échelle communale ? Je vais en parler à Delphine !

Et quand on vit seul, demander à des inconnus de nous câliner n’est pas encore bien perçu, cela reste une activité intime et exclusive.

Ma St-Valentin

Une soirée totalement improvisée, un ami de la coloc’, tout aussi célibataire que moi, est passé avec des magrets de canards, j’ai acheté des patates sautées et des champignons, une sauce au porto, le tout arrosé de Leffe Rituel, Hertog Jan Dubbel et autres breuvages, et zou ! ça valait tous les restos du monde !!!

On a fini la soirée à la coloc’ en regardant des courts-métrages de Max Linder (l’avantage des films muets, on peut couper le son pour ne pas réveiller les petits).