Les souvenirs en commun

Rencontres Vie intérieure / Pensées

– Tu te souviens de ça ?
– Non, et toi, de ça ?
– Non…

Voici, au fil de mes retrouvailles, le genre de conversation que l’on avait. Qu’il s’agisse des camarades du primaire, des amis, de la famille, pour un vécu donné nous n’en gardons pas les mêmes traces en soi.

Non seulement, j’ai assez peu de souvenirs conscients de mon vécu, mais en plus ils ne sont même pas commun avec ceux que je retrouve ! C’est assez perturbant… Au final, hormis une photo où on est tous les deux (l’autre personne et moi) pour confirmer qu’on se connait, je suis en totale empathie avec les amnésiques.

Dans l’absolu, il est normal que chacun n’ait précisément les mêmes souvenirs communs : l’état émotionnel, les priorités mémorielles, notre sensibilité sensorielle (auditive, visuelle, olfactive, kinesthésique…) nous ramènent à forger une image unique d’un moment. Cependant, les faits objectifs devraient être constants (la météo, les personnes présentes…).

De ce que je connais de moi, j’ai le sentiment que mes souvenirs ressemblent à une histoire que l’on m’a raconté, et non quelque chose que j’ai vécu. Cela se confirme en retenant les souvenirs communs qui me sont évoqués sors des retrouvailles : je me souviendrai de ce que l’on m’aura raconté, mais je n’en aurai aucun souvenir.

Je me souviens des photos et des vidéos d’un moment, pas du moment. J’en reviens à me demander parfois si j’ai réellement vécu les choses… Et ça me fait peur ! Les films sur la manipulation des souvenirs (Ghost in the Shell, Anon, Dark City, Total Recall, Inception…) relatent assez bien ce que je ressens.