Mouvement anti-raciste

Vie intérieure / Pensées

Tiens, une petite analyse de l’actualité, ça faisait longtemps ! S’il y avait des trolls, des gnomes et des gobelins, ce serait bien plus amusant, mais là le sujet traite d’une problématique séculaire : le racisme.

Une discrimination parmi tant d’autres

La logique binaire développée avec le début des civilisations, et notamment la mise en place de la propriété (« ce qui est à moi n’est pas à toi »), a entrainé une déferlante de discriminations sur tous les plans possibles et imaginables, pointant du doigt tout ce qui permet de différencier deux individus : origine géographique, fortune, couleur de peau ou de cheveux, taille, corpulence, critères sociaux de beauté, connaissance, etc. Pour rappel, la discrimination est la stigmatisation de personnes n’entrant pas dans un système de valeur donné.

Le racisme en fait partie, et est principalement axé sur la couleur de la peau, laquelle est étroitement liée à une origine géographique et ethnique, donc à une culture spécifique. De plus, étant donné, selon certaines croyances, que seuls des « blancs » (à l’exception d’un des rois mages, et uniquement dès le VII° siècle) sont mentionnés dans la Bible, les autres races n’étant pas des créatures de Dieu, elles étaient reléguées au rang d’animaux, donc aisément massacrables ou réduits à l’esclavage. Les choses ont évolué, notamment pendant l’Inquisition, dans laquelle on autorisait les païens à se convertir au Christianisme pour ne pas finir au bûcher, ce qui élevait considérablement le statut de la personne en question !

Par la suite, et notamment depuis la fin de l’Algérie Française en 1962, de nombreux maghrébins sont venus vivre en France, développant le concept de Zone Urbaine de Population, et faisant que ces personnes n’ont pas été intégrées socialement, développant une double crise identitaire : celle d’avoir perdu leur identité d’origine et celle de ne pas pouvoir avoir leur nouvelle identité. Le mot identité est à prendre au sens large (culturelle, communautaire, liberté de culte, citoyenne…), et non uniquement au niveau de l’État Civil. Pour ce qui se passe aux USA depuis une semaine maintenant, et qui a eu une répercussion mondiale, c’est d’une part le commerce triangulaire, puis l’abolition de l’esclavage en 1848 qui a développé cette stigmatisation raciale.

Manifestation, quand tu nous tiens

Même si la démocratie est synonyme de liberté d’expression mais pas obligatoirement d’écoute du peuple, de nombreuses manifestations anti-racistes ont pullulé de par le monde. Mais plusieurs questions viennent à l’esprit :

  1. Contre quoi manifestent-ils ? Le racisme n’est pas une personne ou une loi, on ne peut ni la virer ni l’abroger. De ce fait, quel est le pouvoir des autorités sur ce phénomène ?
  2. Est-ce que les manifestants sont tous anti-racistes de fond ? Car on peut se prétendre non raciste mais pour autant discriminer des individus dans des entretiens d’embauche, par exemple.
  3. Est-ce que cela va changer les croyances des personnes dites racistes ? Y aura-t-il des procès vis-à-vis de ces personnes-là ?
  4. Cela aurait-il eu les mêmes incidences si George Floyd était caucasien (cela me rappelle le film Le Droit de Tuer) ?
  5. En quoi cela est-il différent des autres « bavures » policières où des noirs ont été tués par balle par des flics ?
  6. Est-ce que le démantèlement de la police de Minneapolis aura un réel impact d’une part sur l’image de la population vis-à-vis des forces de l’ordre, et sur la qualité de recrutement des futurs agents dans leur intégrité et leur impartialité ?

Et certainement des tas d’autres. Je n’ai jamais été pour le fait de manifester, je trouve que cela ne permet ni une ouverture de dialogue ni un réel changement des mentalités.

Discrimination, arts et jeux

Le principe de binarité prônant l’interdiction à l’éducation, de nombreuses entreprises ont privilégié le retrait d’œuvres ou de jeux pouvant amener à une pensée raciste ou à établir de la discrimination. Ainsi, on peut noter que :

  • LEGO retire tous ses modèles impliquant des policiers ou la Maison Blanche
  • IBM stoppe toute activité liée à la reconnaissance faciale
  • HBO Max, le service de streaming, enlève Autant en emporte le vent de son catalogue
  • [MAJ] le 19 Juin, Uncle Ben’s décide de ne plus représenter son personnage emblématique, et d’autres marques majoritairement américaines vont faire de même

Dans la même veine, Disney a des difficultés, d’une part sur la mise à disposition des anciennes œuvres, contenant, selon leurs termes, « des représentations culturelles obsolètes » dans le cas où certaines scènes jugées politiquement incorrectes aujourd’hui ne pourraient pas être coupées (comme les siamois dans La Belle & Le Clochard), et d’autre part les adaptations live action de ces films, où le fait de supprimer ces mêmes scènes rendrait l’histoire incompréhensible.