Que mettre sur les vinyles ?

Projets personnels Vinyl Vidéo

C’est vrai, la vidéo sur vinyle pose quelques contraintes :

  • qualité audio moindre qu’un vinyle classique (de par la compression et la cohabitation avec de la vidéo)
  • qualité vidéo moindre qu’un DVD (et mieux qu’une VHS)

A l’heure actuelle, plusieurs candidats peuvent prétendre à la gravure :

  • les courts-métrages d’animation, avec peu d’action
  • les documentaires et interviews
  • les dessins animés et mangas (avec peu d’action), à 24 minutes l’épisode (2 épisodes par 33 tours)
  • les films muets en N&B (Charlie Chaplin, Georges Méliès…), qui sont tombés dans le domaine public (Youtube)

Et peut-être, quand j’aurai drôlement amélioré mes algorithmes :

  • Concerts classiques, jazz
  • Films HD

Il me reste de nombreux obstacles techniques à résoudre, dans la théorie je suis à 90% du processus complet. Il me manque :

  • la qualité de résultat d’une gravure vinyle
  • la lecture du flux vidéo extrait du décodage des données binaires du disque (je ressors bien les informations, mais n’arrive pas à les lire comme si c’était issu d’une webcam par exemple)

Pistes à explorer :

  • HD Vinyl, une société autrichienne qui fait des vinyles haute définition (le concept n’est pas très clair…)
  • Séparer le son de la vidéo (un piste pour chaque), avec des risques de désynchronisation, mais la possibilité de n’écouter que l’audio
  • Convertir les données binaires en spectrogramme, et le spectrogramme en son (PhotoSounder ?)