Ma contribution à l’Analyse Transactionnelle [Reconfinement, jour 11]

Coronavirus 2020 Quotidien

Cher et éminent auditoire, analystes et psychanalystes de tous courants, si je vous ai convié aujourd’hui, c’est pour ajouter une pierre à l’édifice déjà imposant qu’offre le monde de la psychologie et de la psychanalyse. Je remercie la présence d’Eric Berne, fondateur de la théorie que j’ai l’honneur de compléter par mes travaux.

En effet, durant ces six derniers mois, mon étude s’est penchée sur l’observation objective et quantifiée d’une qualité relationnelle actuellement absente de toutes celles que propose l’Analyse Transactionnelle. Cette étude sur la relation entre deux protagonistes, que nous appellerons C pour colocataire et T pour télé-compagnon car la majorité de leur relation s’effectue par téléphonie ou visiophonie, m’a conduite à définir les statistiques suivantes :

  1. Sur l’ensemble des appels, 80% sont passés par T ; si C ne décroche pas, T insiste.
  2. Environ 60% des appels se ponctuent par l’indisponibilité de l’appelé(e), et se solde donc par un rappel ultérieur.
  3. C appelle T à chaque réveil, à chaque fois qu’elle rentre d’une activité extérieure ou entre deux activités intérieures. Mais n’hésite pas à répondre à la sollicitation de T dès qu’elle se présente.
  4. T a toujours besoin de savoir où se trouve C.
  5. C est toujours gaga au contact de T.
  6. 90% du temps consacré à leurs échanges est vide de toute construction, les 10% restants sont pour jouer en réseau.
  7. Il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait une prise de tête, du moins de la part de C.
  8. C adore faire des cadeaux pour prouver son amour.
  9. Autant quand C fait quelque chose qui déplaît à T, ce dernier n’a rien à dire ; autant quand T fait quelque chose qui déplaît à C, C ne se gène pas pour lui donner des ordres, voire le menacer.
  10. Malgré les coups de colère, les directives et les menaces, tous les échanges sont ponctués d’un « je t’aime ».

Après d’infinis essais pour relier les Parent normatif, Parent nourricier, Adulte et Enfant* de chacun, ces derniers se sont montrés limités pour déterminer la plus juste des transactions. Ainsi en ai-je créé une nouvelle, qui tient compte de tous les éléments observés :

La relation maître-chien !

Reprenons les différents points, étayés par ce que vivent un humain et son animal de compagnie canidé :

  1. Le chien est celui qui sollicite le plus souvent son maître
  2. Le maître n’a pas toujours du temps à consacrer à son animal
  3. Le maître montre toujours sa présence à son chien dès le réveil, chaque fois qu’il rentre chez lui ou quand le chien arrive en remuant la queue.
  4. Le chien cherchera partout son maître
  5. Le maître sera toujours gaga devant son chien
  6. Les discussions maître-chien, ente deux moments de jeux, ne sont pas des plus philosophiques
  7. Seul le maître a la capacité à se prendre la tête.
  8. Les cadeaux faits au chien ne durent pas longtemps…
  9. Le maître réprimande toujours le chien, car le chien ne peut ni n’a le droit de réprimander son maître
  10. La maître aimera toujours son chien, quelles que soient ses bêtises…

Je demande donc à mes confrères ici présents de bien vouloir valider ma théorie, en vue de compléter l’étendue des outils et méthodes propices à notre domaine de compétences.

Ita est.


* lire la page Wikipedia pour comprendre les concepts