Reconfinement, jour 4

Coronavirus 2020 Quotidien

Je vous propose un peu de douceur issue du Pays du Soleil Levant : Kami-tachi ni Hirowareta Otoko, ou 神達に拾われた男, que l’on peut traduire par Par la Grâce des Dieux.

Cette série d’animation japonaise, ou anime, relate l’histoire de Ryôma, un quadragénaire célibataire et vivant encore chez sa maman, et qui décède sous l’épuisement que lui impose son travail. De là, 3 dieux l’accueillent et lui proposent d’être réincarné dans un monde parallèle sous les traits d’un garçon de 8 ans, sans mission particulière, mais avec les facultés de pouvoir maîtriser toutes les magies.

3 ans plus tard, après avoir vécu en forêt et dressé un grand nombre de slimes, des cellules géantes pouvant se regrouper et changer leur taille, il fait la connaissance d’une famille de la ville qui l’invite chez elle en remerciement d’avoir sauvé plusieurs de leurs soldats pris en embuscade. Une grande amitié se crée entre lui et les villageois, et la jeune fille de la famille du même âge que lui, lui offrant des missions et une reconnaissance qu’il n’a jamais pu espérer de son ancienne vie.

Les rares scènes de violence sont brèves (je pense à l’épisode 5, contre les mantes troglodytes) et le sang violet renforce le côté surréaliste.

La bande-annonce :

Pour moi, cette série est une bouffée d’oxygène, et trouvera amplement sa place sur mon étagère un de ces quatre ! A regarder ici (en VO sous-titrée).


Dans la même veine, Somari No Mori No Kamisama, ou ソマリと森の神様, « Somali ou l’esprit de la forêt », raconte l’histoire d’une petite fille trouvée par un Golem, un gardien de la forêt, dans un monde où les non-humains ont pris le dessus sur les humains. Le golem décide de quitter sa forêt pour aider la petite à retrouver ses parents.

Il lui apprend les rudiments de la survie, à savoir reconnaître les plantes comestibles et chasser le petit gibier. Le Golem n’ayant pas d’émotions, il reste très rationnel et catégorique. Cela n’empêchera pas un amour filial, puis paternel, de naître, enrichi de multiples rencontres dans cette quête vers l’impossible.

Le nom Somali vient de la race du chat qui a averti le Golem de la présence de la fillette. Dans l’anime, il a plusieurs queues, mais c’est secondaire…


Enfin, je propose Kuma Kuma Kuma Bear, くま クマ 熊 ベアー, kuma voulant dire « ours » en japonais (ce qui fait que le titre est 4 fois le mot « ours »), narre l’histoire d’une des meilleures joueuses de VRMMO (ou jeu de rôle en réalité virtuelle) dans lequel son personnage se voit muté dans un monde expérimental et affublé d’un pyjama en motif d’ours, mais avec des options de combat et de magie au-delà des espérances.

Finalement, après avoir sauvé une petite fille attaquée en forêt par un loup géant, elle s’en sert pour rendre service à son village où elle a élu domicile, usant de son pouvoir pour chasser, construire et entretenir des négociations diplomatiques ! Bien que son costume ne passe absolument pas inaperçu, ses aptitudes en font une conseillère hors pair !