Salon de la BD et du disque

Châteauroux Sorties

Faisons fi des préventions coronavirales et retrouvons-nous tous pour dénicher des vinyles et des bandes dessinées ! Armé de 20€ et de ma carte bleue (heureusement), j’ai affronté le vent et le soleil pour être dès l’ouverture. Et là, on se rend compte de beaucoup de choses…

La première, c’est qu’on ne fait pas forcément des affaires ! Le vinyle revenant à la mode, les occasions comme les rééditions sont beaucoup plus chères proportionnellement parlant qu’il y a 30 ans, où l’on passe de 40F (certains disques avaient encore l’étiquette du prix d’époque) à 15 voire 20€ ! Idem pour les BD, où seules les grosses productions étaient bradées (Astérix, Titeuf…) et les autres à prix quasi neuf. Et la présence de la Fnac montrait bien que l’occasion n’est pas si intéressant que ça…

La seconde,c’est qu’il n’y avait pas d’auteurs comme Aurélien Ducoudray, pourtant castelroussin. Ou bien je suis parti trop tôt, et je ne le saurai jamais.

La troisième, c’est qu’il n’y avait pas de platine en libre accès (ou même en accès restreint) pour écouter avant d’acheter, comme on peut feuilleter un livre. Tenez compte que de nombreuses pochettes n’indiquent ni l’artiste, ni les titres, cela revient à un achat aveugle !

Enfin, et c’est vraiment dommage pour les exposants, ils n’avaient même pas droit à un café gratuit !

Je ne me suis pas non plus laissé abattre et j’ai fait l’acquisition de 6 albums vinyle de Jean-Michel Jarre !

  • Oxygène
  • Equinoxe
  • Champs Magnétiques
  • Concerts en Chine
  • Waiting for Cousteau
  • Rendez-vous

Certaines pochettes sont de véritables œuvre d’art, je repense notamment à celle de Moby & The Void Pacific Choir, qui donne un rendu 3D des plus impressionnants !

Il y avait également un stand d’une recycleuse de vinyles, Fany’s Woodcraft, à qui j’ai commandé 2 disques 33 tours avec un trou de 12 cm au centre pour mon projet de mix CD-Vinyle. Elle propose même de faire des pochettes personnalisées, quelle que soit le matériau, tant qu’elle peut le découper ! Pour l’anecdote, il semblerait qu’elle m’ait croisé l’an passé sur un salon à Nantes… Je ne contredis pas ceux qui croient me reconnaître, je ressemble un peu à M. Toulemonde (qui n’est pas le mari d’Odette Toulemonde)…