Arnaque à la pompe

Quotidien

S’il y a bien un point sur lesquels les Gilets Jaunes devraient s’attarder, c’est bien les arnaques à la pompe. Je viens d’en être victime, mais le concept est tellement sournois que peu de personnes y font attention. Explication.

Une arnaque à la pompe ?

Le principe est très simple : il suffit de fausser le compteur pour vous faire croire que vous ajoutez plus d’essence que prévu.

Exemple : pour 1L affiché (et facturé) à la pompe, il vous en a été concrètement délivré entre 0.8 et 0.9L.

Avec un réservoir de 45L avec réserve, j’ai pu mettre 50L, et j’avais pas encore le clac de remplissage…

En théorie, la DRIRE contrôle tous les 6 mois que le taux d’erreur ne dépasse pas 0.3%.

Que disent les détracteurs ?

  • Il peut y avoir plusieurs litres de tuyaux entre le bouchon et le réservoir
  • La dilatation et l’évaporation selon la température, alors que les citernes sont sous terre
  • La marge d’erreur des jerricans (si on les remplit à ras)

Comment repérer l’arnaque ?

Le moyen le plus simple est le suivant :

  • munissez-vous d’un jerrican à la contenance connue et avec un trait témoin de remplissage (transparent, par exemple)
  • remplissez jusqu’à la contenance théorique du jerrican (ex : 10L), affiché sur la pompe
  • 2 cas de figure :
    1. le jerrican est rempli au témoin : aucune arnaque
    2. le jerrican est rempli bien en-dessous du témoin : arnaque

De retours de témoignages, Intermarché serait un très grand adepte de cette pratique. Personnellement, c’est au Carrefour Côte de Nacre de Caen que j’ai eu la surprise. Enfin, il semblerait que Super U ne pratique pas (encore) cette forme d’arnaque.

Y a-t-il des recours ?

La délivrance de carburant n’indique pas où elle a été versée, réservoir ou jerrican. Le mieux serait de filmer, en présence d’huissier, la procédure énoncée ci-dessus.